La Fédération Française du Bâtiment Essonne est une organisation professionnelle qui a pour but de représenter et défendre les entreprises de bâtiment
auprès des pouvoirs publics, des décideurs économiques et des autres acteurs de la construction.

Membre de la Fédération Française du Bâtiment

Le Bâtiment, une richesse pour la France

espace adhérent

espace adhérent

Email utilisateur :

Mot de passe

Mémoriser ses identifiants

OK

Vous êtes ici > > >

OK

Edito

La formation en question

Le 29 mai 2018

le 27 avril dernier, la ministre du travail présentait son projet de loi de réforme de la formation professionnelle. les objectifs annoncés de cette réforme répondent, pour nombre d'entre elles, aux attentes des professionnels du Bâtiment.

Le renforcement de l’apprentissage, la simplification pour les entreprises et le développement des compétences. 

En effet, le projet de loi comprend de bonnes mesures :

  • l’alignement du temps de travail maximum des apprentis mineurs sur celui de leurs maîtres d’apprentissage, l’assouplissement des modalités de ruptures du contrat d’apprentissage,

  • le financement assuré de tous les contrats d’apprentissage,

  • une contribution formation unique pour les entreprises, qui s’inscrit en baisse pour les moins de 250 salariés.

Pour autant, nous ne pouvons que regretter que ce projet de loi conduise à renforcer le rôle de l’état dans le pilotage du système. 

En confiant la collecte des contributions formations aux URSSAF, avec la création d’une agence nationale « France compétences », cette centralisation laisse présager des marges de manœuvres réduites pour les branches. 

Le texte comporte également de nombreuses incertitudes qui génèrent des inquiétudes pour les entreprises. Comment se déroulera la période transitoire ? Quelles sont les capacités de financement de la formation continue des salariés ? Comment atteindre l'équilibre financier des CFA  (Centre de formation des apprentis) ? 

Alors que le Bâtiment forme actuellement plus de 60 000 apprentis, ce manque de visibilité risque de générer un attentisme et de ralentir le développement de l’apprentissage et de la formation. 

La filière souffre déjà d'un déficit d'image. L'apprentissage doit être rénové pour adapter les formations à la réalité économique et sociale des entreprises mais aussi pour donner la possibilité aux jeunes de choisir une orientation basée sur leurs intérêts et des perspectives de débouchés.

  

 


 

Chérif Oughou

Vice-président

délégué à la formation et aux relations avec l'inspection académique

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Le 29 mai 2018



Pour en savoir plus

Site(s) Internet complémentaire(s) :

LIRE INFOBAT 146