La Fédération Française du Bâtiment Essonne est une organisation professionnelle qui a pour but de représenter et défendre les entreprises de bâtiment
auprès des pouvoirs publics, des décideurs économiques et des autres acteurs de la construction.

Membre de la Fédération Française du Bâtiment

Le Bâtiment, une richesse pour la France

espace adhérent

espace adhérent

Email utilisateur :

Mot de passe

Mémoriser ses identifiants

OK

Vous êtes ici > > >

OK

Edito

Avis de tempête sur le Bâtiment !

Le 01 décembre 2017
A peine quelques mois d’accalmie et de confiance amorcées, qu'un nouvel avis de tempête s'annonce sur le secteur de la Construction !

Depuis de nombreuses années, nos politiques souhaitent construire plus, mieux et moins cher sans tenir compte, notamment, de l’inflation galopante des normes. Allons-nous pour autant dans le bon sens ? 

Certaines mesures du projet de loi de finances 2018, relatives à la politique sociale et fiscale du logement, sont le fruit d’un raisonnement financier à court terme qui pourrait avoir des conséquences désastreuses sur notre économie locale. 

En premier lieu, la méthode de rationalisation du mouvement HLM.  en Île-de-France, le logement social compte 1 220 951 logements soit 26 % du parc résidentiel social de France. Un logement construit garantit, sur un an, deux emplois à temps plein dans le Bâtiment. Toute nouvelle construction de plus de 10 logements doit comporter 30 % de logements sociaux, sans quoi le permis de construire ne peut être délivré.
En s’attaquant aux ressources des organismes HLM franciliens, de nombreuses entités vertueuses disparaîtront du paysage. Les collectivités territoriales, garantes des emprunts des sociétés HLM, ne seront plus en capacité de pérenniser leurs politiques locales de l’habitat. Les mesures annoncées remettent en cause la faisabilité du nouveau plan national de rénovation urbaine, des politiques d’entretien et de réhabilitation du patrimoine ainsi que la construction neuve. Les conséquences en Ile-de-France : 19 000 logements sociaux non construits, 12 000 non réhabilités et 43 000 emplois menacés dans le Bâtiment et la promotion immobilière. Enfin, le regroupement des organismes en énormes donneurs d’ordre, sans lien avec nos territoires, fait craindre l’ouverture de l’intégralité des marchés à des entreprises européennes qui interviendront avec leurs propres personnels et produits, bien moins chers que les nôtres. 

En second lieu, la refonte des dispositifs incitatifs à l’accession à la propriété et  à l’investissement locatif.  Le recentrage du prêt à taux zéro (PTZ) aux zones dites tendues (A et B1), et l’obligation d’un agrément dans les zones B2 et C pour dispositif Pinel vont une nouvelle fois freiner l’activité et renforcer la fracture territoriale.

Nos entreprises ont su s’adapter aux nouveaux défis liés au développement durable, à la performance énergétique, à l’arrivée du numérique, en investissant dans la recherche et développement, l’apprentissage et la formation. 

 Nous devrons faire face à ce nouveau challenge à n’en pas douter mais à quel prix !
  

 

 

 

Béatrice CROZON

Vice-présidente déléguée à l'Artisanat


 

 

 

 

 

 

 

 

 


Le 01 décembre 2017